News

TERROR

2 avril 2018

Terror

Martin Stewart (guitare)

Torhout (Belgique) – Vendredi 26 janvier 2018

A chaque fois que nous avons confirmation de notre participation, je me dis : « c’est génial ». Et puis, une fois que je prends connaissance de la programmation, c’est : « wow, c’est VRAIMENT génial »

 

 

Comment se passe la tournée jusqu’à présent, Martin ?

Parfaitement ! C’est une de nos tournées préférées également !

 

Je me souviens que tu aimes bien faire du tourisme en marge des tournées. Qu’en a-t-il été aujourd’hui?

Il se trouve que j’ai vu pas mal de trucs cool. Une fois arrivés ici, nous avons pris le train pour nous rendre à Bruges qui n’est qu’à 30 minutes. Nous avons même bu du chocolat chaud : c’était sympa!

 

Quel est le dernier truc que tu as écouté pour toi-même ?

Voyons voir… Le dernier truc… Il y a un groupe que j’écoute pas mal ces temps-ci et qui s’appelle Whoredom Rife. C’est un groupe assez récent et qui est originaire de Norvège. Ils sont plus dans la mouvance metal, par contre. Ils ont récemment sorti un album (Dommedagskvad, 2017) que j’écoute beaucoup en ce moment.

 

The 25th Hour est sorti il y a 2 ans et demi de ça. Son cycle de vie est-il achevé ? Vous avez eu le temps de plancher sur du nouveau matériel ?

Ouais ! Nick (Jett – batterie) et Jordan (Posner – guitare) ont commencé à écrire de nouveaux morceaux et nous avons pour projet d’entrer en studio au mois de mai, il me semble. Nous entamerons alors la phase d’enregistrement.

 

Ce nouvel album sera-t-il associé à une ambition particulière ? Ou il vous est difficile d’avoir une ambition spécifique après avoir sorti pléthore d’albums ? Vous ne pouvez pas franchement réinventer la roue, hein ?!

Ne m’occupant pas de la composition, mon ambition est de contribuer au meilleur enregistrement possible et d’être gonflé à bloc par les morceaux proposés. J’ai pu écouter les morceaux écrits par Nick et Jordan pour ce nouvel album… Et leurs morceaux m’ont bien botté. Notre ambition est d’enregistrer des albums de hardcore de qualité et j’ai l’impression que nous y parvenons plutôt bien.

 

L’autre jour, j’étais en train de parcourir le livret d’un CD de Skarhead et Lord Ezec y avait un discours provocateur insinuant que les autres scènes hardcore n’arriveraient jamais à la cheville de celle de New York. Penses-tu que les groupes de la côte est ont un complexe vis-à-vis de la scène new-yorkaise ?

Oui, je le pense, effectivement ! J’ai grandi au son et à la vue de groupe de la West Coast. Ces groupes sont très différents de ceux de la scène new-yorkaise mais, à mes yeux, ils sont tout aussi importants. Même si j’admets avoir un complexe, je souhaite vraiment que les gens perçoivent la scène de LA comme un bastion de la musique hardcore et punk qui a autant d’importance que New York.

 

De nos jours, où bat le cœur du la musique hardcore ? Aux States ou en Europe ?

Pour un groupe comme le nôtre, il est très important de venir jouer ici, en Europe. Les concerts que nous avons le privilège de pouvoir donner sont très, très importants à nos yeux. Le cœur semble battre ici, en Europe. Et il bat vraiment très fort. Je ne vais pas aller jusqu’à dire qu’un endroit est plus important qu’un autre mais il n’en demeure pas moins que les tournées en Europe sont capitales pour nous.

 

Tous les groupes majeurs de la scène harcore semblent être signés chez Nuclear Blast aujourd’hui ! On observe un phénomène de « metal-isation » de la scène hardcore ou quoi ?

(rire) Je n’en suis pas vraiment certain. Je ne sais pas trop ce qui se passe. Je n’avais pas remarqué ça jusqu’à ce nous y signions. C’est alors que j’ai vu que le label hébergeait plein de groupes que j’adore. Et ça concerne également des groupes de metal. Je ne sais pas s’il s’agit d’une volonté particulière du label. Ce que j’ai remarqué, c’est il y a désormais beaucoup de groupes de hardcore qui sont à l’affiche des festivals de metal aujourd’hui. Peut-être que le phénomène a intéressé les représentants Nuclear Blast qui ont pu constater l’énergie dégagée par ces groupes lors des concerts mais aussi leur côté bosseur. C’est une opportunité : les deux parties peuvent s’entraider, en quelque sorte. Le label peut aider les groupes à jouer dans de nouveaux cadres et les groupes peuvent également aider le label en retour en exposant son public à des groupes plus metal, un public qui pourra être s’intéresser au catalogue metal du label. C’est la collision, à bon escient, de deux mondes.

 

Par le passé, le hardcore semblait davantage lié au hip-hop qu’au metal. La facette hip-hop est toujours là quand même ?

Elle est toujours là, bien-sûr. Peut-être pas autant en Europe mais il y a toujours ce lien chez nous, aux States : ce mélange y est bien présent. Je trouve que c’est cool : il n’y a pas de mal à associer deux mondes différents.

 

Si je ne me trompe pas, David Wood (basse) ne fait plus partie du groupe depuis quelques mois mais aucune communication n’a été effectuée sur le sujet…

Oui. En fait, nous ne souhaitions pas en faire un évènement. Aujourd’hui, un simple petit mouvement au sein d’un groupe déclenche une sorte de communiqué officiel XXL où les différents acteurs se lancent dans de longs essais pour se justifier de ceci et de cela… De notre côté, nous ne souhaitions pas que ça soit le cas, d’autant plus que c’était un non-évènement. David s’est marié, il est propriétaire d’une maison et le moment était venu pour lui de prendre du recul vis-à-vis des tournées et d’être un mari. Et ce moment a coïncidé avec le moment où Chris (Linkovich) – qui nous a rejoint et qui chante également au sein de Cruel Hand – était de son côté prêt à s’embarquer dans une nouvelle aventure. Ce fut un changement sans vague donc il ne convenait pas d’en faire des tonnes, tu sais.

 

Je comprends tout à fait mais le line-up était resté identique pendant plusieurs années…

Ouais, je pense même que c’est le line-up qui a duré le plus longtemps dans l’histoire du groupe. C’est comme ça que ça fonctionne : les gens vont et viennent car c’est un mode de vie compliqué.

 

Parlons un peu du principe du Meet & Greet : des groupes ont font, d’autres – comme vous – pas. Ce n’est pas une pratique à laquelle tu adhères ?

(rire) Je ne vais pas m’exprimer pour le groupe mais à titre personnel. Tous les soirs, après notre concert, nous nous rendons au stand merch’ et c’est ce que nous avons fait hier. Et ça, c’est, selon moi, la parfaite opportunité pour quelqu’un qui souhaiterait me rencontrer, quelle qu’en soit la raison : là, au milieu de la foule. Donc hier soir, près du bar, j’ai rencontré une tonne de gens et ai pris des photos avec eux. Je pense que c’est la même chose qu’un Meet & Greet sauf que les gens n’ont pas à payer pour. Personnellement, je préfère procéder de la sorte plutôt que de devoir encadrer ça officiellement, avec des horaires, etc. Je me sens plus à l’aise à l’idée de me rendre sur place et de discuter avec quiconque aura envie de discuter avec moi : ça me semble plus naturel. Je n’affirme pas que nous ne ferons jamais ces Meet & Greet à l’avenir car je n’en ai pas la certitude absolue. Je ne parle pas pour le groupe mais à l’heure actuelle il n’en est pas question car nous avons tous le même point de vue sur le sujet. Franchement, je préfère que les choses restent en l’état.

 

Terror va jouer au Hellfest pour la 5ème fois. Ton sentiment ?

C’est incroyable ! C’est un sentiment tellement agréable. A chaque fois que nous avons confirmation de notre participation, je me dis : « c’est génial ». Et puis, une fois que je prends connaissance de la programmation, c’est : « wow, c’est VRAIMENT génial » ! C’est pour nous l’opportunité de jouer au milieu de trucs dingues. Nous sommes toujours excités par cette perspective.

 

Voici la liste des groupes qui vont jouer aux côtés de Terror sur la Warzone le samedi 22 juin… Tes impressions sur ces derniers ?

Nous tournons actuellement avec Hatebreed et Madball qui comptent parmi nos groupes favoris à l’échelle mondiale. Voir Cro-Mags est toujours fantastique et c’est génial de pouvoir voir des légendes sur les planches. Turnstile : ce sont de super potes à nous mais aussi un groupe qui propose des trucs bien cool en ce moment et qui bosse dur. Knocked Loose est un nouveau venu. Il se trouve qu’après cette tournée, nous allons tourner pendant un mois avec eux aux States. Get The Shot : ce sont des Canadiens de Montréal, hein ? Je ne connais pas trop ce qu’ils font mais le nom m’est familier et je vois beaucoup de t-shirts avec le nom du groupe. Je n’ai pas encore eu la chance de vraiment écouter donc ce sera l’occasion de le faire, c’est cool. Incendiary est un groupe incroyable. Ils n’ont pas l’opportunité de jouer beaucoup de concerts donc ce sera sympa de les voir à cette occasion. Je ne connais pas trop Modern Life is War : j’ai eu l’occasion de les voir à plusieurs reprises mais je ne connais pas trop leur discographie. Ça s’annonce cool.

 

Tu es un fan de black metal. Je peux avoir ton opinion sur la programmation des scènes Altar et Temple ?

Satyricon ! Oui ! Je ne sais pas si nous allons jouer le même jour que Satyricon mais en tout cas, je l’espère : j’adore le groupe ainsi que son dernier album. Il y a des gens qui trouve le disque bizarre mais moi, je le trouve incroyable. Le dernier Watain est parfait. J’aime beaucoup Dimmu Borgir, principalement leurs vieux trucs. Avec un peu de chance, je vais pouvoir voir Batushka car je n’en ai jusqu’ici jamais eu l’opportunité. Qu’avons-nous d’autre… Oranssi Pazuzu est vraiment bon. J’espère aussi qu’ils seront là le même jour que nous. SepticFlesh, Demolition Hammer, Exhorder… Il y a tellement de trucs… Nile, Suffocation… Oh, oui ! Je ne sais pas commencer prononcer celui-là : Misþyrming, ce groupe venu d’Islande. Tiens, je vais en Islande à la fin de cette tournée. Ce groupe a sorti un LP récemment et c’est super, super bon. Tu sais, j’ai toujours hâte d’aller au Hellfest car c’est toujours pour moi l’occasion de voir des trucs incroyables que je n’aurais normalement jamais l’opportunité de voir. Quel programmation dingue ! A Perfect Circle est aussi un de mes groupes préférés. Oh ! Et Grave Pleasures et Warning sont deux groupes que j’adore. Alice in Chains fait également partie de mes préférés. Tous ces groupes au même endroit, c’est juste fou. Ça craint que je ne puisse être sur place qu’un seul jour sur les trois. Un de ces jours, je vais venir pour l’intégralité des trois jours !

 

Interview : Wombat

Un grand merci à Valérie (JMT Consulting pour Nuclear Blast) et Erol (tour manager)