News

MALEMORT

12 mars 2018

Malemort new1

Xavier Malemort (chant)

Samedi 6 janvier 2018

« Je vis l’écriture comme une quête, pas comme un prétexte à sortir un disque pour tourner et faire parler »

 

 

Malemort a sorti Ball Trap en fin d’année 2016 et a reçu un excellent accueil de la part de la presse et des médias français. Comment s’est déroulée l’année 2017 suite à cela pour Malemort ?

Les plus gros médias français ont adoré l’album et l’ont fait savoir, de Rock Hard à MyRock en passant par Metallian et Hard Force, ce qui est d’autant plus marquant que nous travaillons totalement en indépendants, sans soutien d’une grosse machine. Mais à vrai dire, c’est aussi tout le microcosme activiste metal, web et fanzines, qui nous a apporté un soutien précieux. Le disque est apparu dans de nombreux référendums de fin d’année à sa sortie.  Nous avons continué, comme si de rien n’était, à enchaîner des dates, comme nous le faisons depuis longtemps, mais les gens que nous croisions commençaient à nous parler du Hellfest, au regard de l’accueil fait au disque. Bien sûr, au départ, cela nous paraissait invraisemblable !

 

Comment positionnes-tu Malemort au sein de la scène metal française ?

C’est peut-être justement cette place particulière que nous occupons qui explique l’intérêt porté par certains à notre musique. Nous défendons bec et ongles notre liberté musicale. L’expression « Metal Libre » nous suit depuis un certain temps. Heavy, thrash, rock, punk, hard rock et que sais-je encore ? Un seul impératif : essayer d’écrire de bonnes chansons ! D’ailleurs, ça nous a permis de jouer pour Death Angel comme U.F.O, Crowbar ou Diamond Head, sans restriction de genres…

 

Comment sont répartis les rôles en termes de composition au sein du groupe ?

Je compose l’essentiel des morceaux, puis Seb Berne (claviers) les retravaille pour en peaufiner les arrangements et la structure.

 

Malemort a subi plusieurs remaniements de line-up ces derniers temps. Est-ce qu’on peut dire qu’il est désormais stabilisé, ou des changements sont-ils encore à venir ?

Nous avons été confrontés à des blessures. Julien Lambert, qui remplaçait Seb Berne à la guitare, a été confirmé, tandis que Seb se consacre maintenant aux claviers/samples et backing vocals. Cette formule nous plaît bien, et nous paraît prometteuse.

 

Comment va se passer l’année 2018 pour le groupe ?

Les quelques mois qui nous séparent du printemps seront largement consacrés à la préparation du Hellfest et du Metaldays (festival metal qui se déroulera en Slovénie en juillet 2018), sans pour autant négliger les sollicitations qui se font de plus en plus nombreuses. Nous annoncerons quelques autres dates de concert d’ici là ! Et d’autres seront également postérieures à ces festivals estivaux.

 

Quels sont vos projets au-delà de l’année 2018 ? Y avez-vous déjà réfléchi ? Un nouvel album peut être ?

A l’automne prochain, nous prendrons le temps de souffler un peu et de nous reconnecter à nos envies musicales afin de songer à la suite à donner à Ball Trap…Tout album est une aventure d’une intensité extrême. Je vis l’écriture comme une quête, pas comme un prétexte à sortir un disque pour tourner et faire parler.

 

Parlons un peu de votre participation au Hellfest : Malemort ouvrira l’édition 2018, et sur Main Stage de surcroit : ça ne vous met pas « un petit peu » la pression ?

Qui serais-je pour te dire l’inverse ? (rires !) Mais nous sommes aussi de gros bosseurs, et puis ça fait six ans que Malemort traîne sa carcasse partout où il lui est possible de jouer… Nous savons aussi que nous pourrons compter sur le public die-hard du Hellfest, qui soutient les groupes français, pour décupler l’énergie que nous enverrons. Cependant, bien sûr, la taille même de la scène relève du défi !

 

Quelles ont été vos réactions lors de la publication de l’affiche complète le 13 décembre dernier ? Quels sont les groupes qui vous bottent le plus sur l’affiche et pourquoi ?

Nous sommes avant tout des fans, et certains d’entre nous fréquentent régulièrement le Hellfest : autant te dire que nous mesurons la portée de l’événement ! Merci Ben Barbaud !  En tant que fan absolu du Priest et de la Vierge de Fer, je suis comblé. Sinon, c’est l’auberge espagnole : At The Gates, Alice In Chains, Carpenter Brut pour la folie, nos potes de Bukowski, Iced Earth, dont JC (basse) est dingue, Baroness (Purple est un chef d’œuvre), Accept (Cédric, notre batteur, tient les baguettes dans un tribute aux maîtres allemands).Megadeth bien sûr, mais aussi Benighted ou Black Bomb A pour les giflettes !

 

A quoi peuvent s’attendre les festivaliers pour votre concert en ouverture du festival ?

Lorsqu’un festivalier arrive à Clisson, son excitation monte déjà depuis des semaines. Nous serons chargés de lui souhaiter la bienvenue sur le site, et crois-moi, le comité d’accueil enverra sévère !!! (rires)

 

Un dernier mot pour les festivaliers ?

Vendredi 22 juin, une fois les portes de l’enfer franchies, filez tout droit devant vous, Mainstage 2 ! Malemort ouvre le bal des damnés avec vous !

 

Interview : Keuf.