News

Interview exclusive pour hellfest.fr : TESTAMENT [Eric Peterson (guitare) & Steve DiGiorgio (basse)]

11 juillet 2016

« Mes ballons de foot me détestent parce que je leur file des coups de pieds et que je leur tire dessus avec mes flèches » – Eric Peterson – Vendredi 17 juin 2016

 

Alors, comment ça va ?

Eric : Nous sommes au putain de Hellfest et c’est d’enfer !

Steve : Il va falloir que Chuck (Billy – chant) crie : “What’s up Hellfest?” ce soir.

 

Comment se passe cette édition pour le moment ?

Eric : Très bien jusque-là. De la manucure, des massages : c’est une expérience plutôt plaisante ! (rire) C’est très bien organisé, la nourriture est bonne, le fromage est fantastique.

Steve : Ce festival est excellemment organisé, c’est l’un des meilleurs.

 

Comment gérez-vous le fait que Chuck occupe un poste de manager de groupes en parallèle de son rôle au sein de Testament ?

Eric : Je ne pense pas que ça nous impacte vraiment. C’est quelque chose qu’il a choisi de faire sur le tard. Ça lui permet de l’occuper et d’éviter qu’il me gueule dessus pendant ce temps-là. Je plaisante, bien entendu, même s’il y a quand même une part de vérité là-dedans.

Steve : C’est une activité qui lui permet de continuer à faire fonctionner la machine.

Eric : Chuck a besoin d’être constamment occupé, sinon ça le rend dingue. Il faut toujours qu’il bosse, c’est quelqu’un qui ne tient pas en place. Il se lève tous les jours à 6 heures et il s’active tout le temps. Je trouve ça super. Et il a un don pour organiser les choses.

 

Et vous, que faites-vous de votre temps quand vous n’êtes pas occupés avec Testament ?

Eric : Testament m’occupe tout le temps !

Steve : Nous avons une famille donc la vie quotidienne est aussi très prenante.

Eric : Lui, il a des poules qui courent partout chez lui. Moi, je fais du tir à l’arc et de la guitare.

 

Du tir à l’arc?

Eric : Je suis plutôt pas mal d’ailleurs !

 

Tu fais ça depuis combien de temps?

Eric : Je ne sais pas… 10 ans ? Ça commence à faire un bail et j’en fais vraiment pas mal depuis ces 10 dernières années.

 

Comment as-tu été amené à commencer?

Eric : Robin des Bois ! Disons la culture contemporaine actuelle : Le Seigneur des Anneaux, Katniss… Des petits trucs m’ont amené à essayer et à poursuivre dans cette voie.

 

Tu aimes bien Hunger Games ?

Eric : Je suis devenu fan grâce aux bouquins de mes gosses, ça a beaucoup joué. J’ai été assez intrigué par les personnages après la lecture du premier tome. Quand le film est sorti, c’est devenu un vrai phénomène de société. Je me souviens de la première projection : c’était un évènement cool pour un petit collectif underground de fans qui avaient lu le bouquin. A l’origine, le film avait pour objet de transposer le livre à l’écran  pour le plaisir des lecteurs. Mais le grand public a accroché et c’est devenu un carton. Maintenant, ça parait convenu de dire que tu aimes Hunger Games car c’est devenu mainstream. Mais quand c’est sorti, c’était très « hip », si tu vois ce que je veux dire.

 

Et toi, tu as des poules, Steve ?

Steve : Et des chevaux.

 

Tu as une écurie ?

Steve : Juste un grand jardin.

Eric : Il ne veut pas d’un poulailler. Ses poules vont dans sa maison, sur ses genoux et tout.

Steve : J’aimerais te dire que ce n’est pas vrai mais en fait, ça l’est. Mais bon, elles ne sont pas tout le temps dans la maison non plus.

Eric : Quand il nous amène des œufs et que je les casse, ils sont consistants, les jaunes ont une couleur très orange. Ça me rappelle la fois où j’ai mangé des œufs fabuleux en Espagne.

Steve : Je nourris ces poulettes avec des aliments sains, pas des trucs industriels. Pas de trucs avec du sel ou emballés. Elles ont un abri confiné où elles peuvent pondre et couver leurs œufs. La journée, elles courent partout et font de l’exercice. Ce sont des animaux en bonne santé. Il n’y a pas de secret. Et elles nous donnent des œufs délicieux.

Eric: Nous pourrions nous amuser ensemble, avec mon arc et tes poules !

Steve : Tu veux tirer sur mes poulets ! (rire)

 

Vous êtes végétariens?

Steve: Pas question!

Eric : Je mange des légumes mais je demeure un omnivore !

Steve : C’est une question sociétale. Mais c’est aussi que tu arrives à un âge où tu dois faire attention à ta santé. Je ne suis pas super en termes de diététique mais j’essaie quand même de faire de bons choix. C’est bien de pouvoir prendre toi-même les décisions qui te concernent. Je n’achète pas ces œufs blancs que tu trouves au supermarché : les miens viennent de mon jardin. Ce n’est pas le mode de vie parfait mais quand le choix est permis, nous faisons en sorte de faire le choix le plus sain. C’est important à notre âge et ça nous permet d’éviter d’avoir à stopper de boire de l’alcool ! L’alcool n’est pas bon pour la santé et il est préférable de ne pas en boire mais si nous mangeons plus sainement, ça aide à contre-balancer.

Eric: Tu ne peux pas être content tout le temps. Quand tu es content tout le temps, alors tu bouffe beaucoup de saloperies et tu picoles beaucoup. Tout ce qui est mauvais pour ta santé est fun.

Steve: C’est la théorie du verre à moitié-vide, ça. Tu n’es pas non plus forcé de ne manger que des germes de soja.

Eric : Ça peut être bon si tu mets du beurre dessus. Du vrai beurre, par contre. Si tu veux manger quelque-chose et qu’il ne consiste qu’en un seul ingrédient, il faut en profiter.

Steve : En général, moins il n’y a d’ingrédients, le meilleur c’est.

Eric : S’il y a toute une liste d’ingrédients que tu ne connais pas, il faut faire attention…

Steve : Si tu dois cuisiner, les produits qui ne peuvent pas se conserver longtemps seront bons pour toi

Eric : Mais pourquoi pas du saumon fumé par contre? Nous en avons acheté à Seattle l’année dernière : je viens juste de l’ouvrir et c’était juste délicieux.

Steve : Maintenant, j’ai juste envie de rentrer à la maison et de manger le mien! C’est le problème des tournées : tu t’achètes des trucs cool, tu les déposes chez toi et tu repars en tournée.

 

J’aime bien l’orientation prise par cette interview…

Eric : Nous n’avons même pas eu le temps de parler des chevaux !

Steve : Ça reste des chevaux ! Ils ne me laissent même pas les monter : je suis trop lourd pour eux.

Eric : Ils aiment bien ma femme. Mes ballons de foot me détestent parce que je leur file des coups de pieds et que je leur tire dessus avec mes flèches. Et j’en tue un paquet ! Mes flèches ont des pointes aplaties pour assommer les écureuils et les nuisibles : elles sont super.

 

 

Interview : Matt Bacon.

Un grand merci à Valérie, Isabelle et Julien (Nuclear Blast).