News

Interview exclusive pour hellfest.fr : MANTAR [Hanno (guitare et chant)]

31 août 2016

« Beaucoup de gens critiquent les Allemands, des fois par raison, des fois non. Mais quoi qu’il arrive, tu peux toujours te fier à eux dès lors qu’il est question de heavy metal » – Hanno – Samedi 18 juin 2016

 

 

Alors ça fait quoi d’avoir un juggalo pour manager?

Aimons-nous les clowns ? Mais oui, putain !  Il amène plein de ballons, des bonbons et plein de couleurs. Honnêtement, nous avions déjà démarré le groupe et Bob était déjà notre manager quand Mutilation Rites, de Brooklyn, nous a appris que Bob était un juggalo. Nous n’en avions aucune idée auparavant. Les gens en font toute une histoire et pas forcément en bien. Il doit endurer tellement de conneries pour ça que ça en est admirable à mes yeux.

 

C’est lié à une philosophie de vie générale,

J’estime que si quelqu’un est capable de générer autant de haine, je trouve ça cool et qu’il faut y prêter attention. Quelquefois, tu finis avec un juggalo ou tu finis avec Hitler ! Deux personnalités intéressantes !

 

Je pense comme toi… Genre j’adore recevoir des menaces de mort après la parution de certains articles…

C’était quand la dernière fois pour toi ?

 

J’ai écrit un article qui posait la question de savoir si Lamb Of God était le nouveau Metallica…

Tu le penses d’ailleurs. Je vais te tuer si tu réponds par l’affirmative.

 

Non, c’était davantage une sorte d’analyse de ce que Lamb Of God était devenu… Mais des gens ont trouvé mon adresse et tout ! La question est : as-tu déjà reçu des menaces de mort ?

Non. Pourquoi en recevrions-nous ? Nous sommes les chouchous de tout le monde ! Nous sommes suffisamment underground pour être intéressants mais assez mainstream pour être avec Nuclear Blast et d’être des chouchous. C’est comme Foreigner : ils sont toujours underground mais tout le monde connait leurs chansons !

 

Vous avez vu leur set ?

Oui, nous l’avons vu ! J’ai été surpris de l’avoir autant apprécié ! J’aime leurs hits et je ne connais pas trop le reste. Comme pour Fleetwood Mac ! J’aime ce groupe mais si je tombais sur des morceaux à lui par hasard, je ne serais pas capable de savoir qu’il s’agit de lui.

 

Hormis ce concert de Foreigner, que penses-tu de ce Hellfest ?

Avec Wacken, il s’agit de notre plus gros concert. La tente était pleine et le public a aimé le show. La France a toujours été sympa avec Mantar. J’aimerais pouvoir dire quelque chose de négatif mais c’est tout bonnement impossible à ce stade.

 

Pourquoi vouloir dire quelque chose de négatif ?

Parce que je déteste les Français, hormis ton père ! Non, ce n’est pas vrai, je ne déteste pas les Français. C’est juste que je trouve bizarre qu’ils refusent de parler anglais. Je ne déteste pas les Français… Je ne déteste personne…

 

Même les gitans?

J’emmerde les gitans ! Cette question m’a même fait ouvrir mon couteau dans a poche ! (rire) Pour info quand même : je ne déteste pas les gitans. Deviens notre tour manager, s’il te plaît : j’aime ton sens de l’humour. Nous pourrions même te payer.

 

Je ne peux pas te faire raconter de la merde sur un type de population ?

Tu peux essayer.

 

Qu’est-ce que ça fait de tourner en Amérique ?

Je sais que c’est une réponse ennuyeuse mais j’ai adoré ça. Tout le monde était super poli et très investi. Tant que tu te donnes à 110% chaque soir, quel que soit le nombre de spectateurs présents, tant que tu donnes tout ce que tu as en termes d’énergie, les gens apprécient. Ils sont reconnaissants et polis sans être superficiels. Il s’avère que les Américains aiment les Allemands et le heavy metal et ça, ça me plaît. Beaucoup de gens critiquent les Allemands, des fois par raison, des fois non. Mais quoi qu’il arrive, tu peux toujours te fier à eux dès lors qu’il est question de heavy metal. En Californie, j’ai vu beaucoup de skateurs âgés de 15 ans qui avaient des dossards Scorpions : c’est génial, j’adore ça.

 

Pourquoi penses-tu que les Allemands sont bons en heavy metal?

Parce qu’ils n’ont pas de sens de l’humour et qu’ils se prennent au sérieux. Ils prennent tout au sérieux. L’Allemagne n’aura jamais de revival thrash : c’est un phénomène américain et anglais, car les Américains et les Anglais ont de l’humour sur le sujet. Les Allemands ne saisissent pas ce côté marrant. Le phénomène thrash, ils ne s’en sont jamais lassés. Et c’est pour ça que j’aime l’Allemagne : les Allemands sont trop sérieux pour les revivals. Ils n’ont pas d’arrière-pensée d’une manière générale. Genre de combien d’Allemands as-tu besoin pour changer une ampoule ? Un seul car ça une personne suffit pour le faire, pas la peine de faire dans l’originalité. Les Allemands qui jouent du metal sont toujours fiables. Je ne veux pas sonner arrogant mais c’est un fait avéré.

 

L’Allemagne dispose probablement du meilleur ratio « bon groupe de metal par habitant »…

Je suis d’accord. Surtout ces 5 dernières années, il y a du très bon.

 

Malgré le fait de tourner partout dans le monde, tu te sens quand même lié à la scène allemande ?

Non. Je ne me suis jamais considéré comme lié à la scène allemande. Nous n’allons pas aux concerts, ne récupérons pas d’albums, ni de lisons de magazines. Nous voulons rester à l’écart de ça. Nous ne sommes pas un groupe de metal classique. Nous sommes un groupe heavy mais je ne sais pas si nous sommes un groupe metal. Le truc, c’est que j’apprécie beaucoup de groupes allemands mais que ça ne signifie pas pour autant que je sois lié à une scène ou un genre. Je mentirais si je disais le contraire. Je ne suis pas capable de te donner le nom d’un groupe allemand avec qui je suis ami. Mais je suis ami avec plusieurs groupes non-allemands. Je suis pote avec les gars de Deathrite. Rien ne lie Mantar au reste de la scène et ça n’a jamais été le cas d’ailleurs. Pas que nous soyons meilleurs que les autres, c’est juste un fait. Quand nous avons monté le groupe, nous sommes restés tout le temps dans notre salle de répet’ jusqu’à partir en tournée. Nous n’avons donc jamais grandi au sein d’une scène. Les bons deals se sont juste présentés. Nous avons eu de la chance car nous avons eu une bonne proposition avant même d’avoir joué un concert. Ce n’est pas que nous soyons particulièrement excellents mais des gens se sont intéressés au groupe. Je suis content d’avoir été signé par Svart Record, ce qui était parfait pour notre premier album. C’est un bon label qui a sorti un live pour nous la semaine dernière.

 

Qu’aimes-tu tant au sujet de la musique ?

Elle me permet d’oublier des choses car je réfléchis trop autrement. J’ai du mal à me relaxer et la musique fait office de méditation pour moi. Elle me permet de me focaliser sur une chose et rien d’autre. Et elle me donne la possibilité de picoler. Je suis une sorte de buveur professionnel en tournée. Ça me donne une bonne excuse pour le faire. Mais ce n’est pas l’unique raison. J’ai commencé à jouer dans des groupes punks quand j’avais 12  ans et j’ai commencé à chanter des chansons qui parlaient de boire de la bière même si je n’ai commencé à boire qu’à l’âge de 14 ans. Ce qui faisait de moi un petit menteur à la con ! J’aime jouer dans des groupes, c’est tout ! J’avais 6 ans quand mon père m’a filé une cassette d’AC/DC et cet amour dure depuis. Il n’y a pas un jour qui se passe sans que j’écoute AC/DC : c’est l’amour de ma vie. Certaines personnes adorent le sport. C’est également mon cas mais ce n’est pas comparable avec mon amour de la musique.  Toi aussi, tu aimes la musique visiblement. Tu peux l’expliquer, toi ?

 

J’ai jeté un œil à ma vie à 18 ans et j’ai constaté que tout ce qui m’intéressait, c’était l’alcool, les trucs bruyants et les jolies femmes. Donc je suis venu ici…

C’est une bonne réponse ! La musique et l’alcool m’ont mené aux jolies femmes. J’ai une jolie femme et elle n’a rien à voir avec la musique et l’alcool. Mais elle est canon !

 

Quelles paroles sages pour conclure ?

Le 1er septembre ! J’ai hâte ! Nous avons mettre le feu aux States!

 

 

Interview : Matt Bacon.