News

Interview exclusive pour hellfest.fr : HAVOK [David Sanchez (guitare et chant)]

11 juillet 2016

« A mon avis, le thrash metal est la quintessence du metal. Il est plein d’agressivité et de testostérone. Il te donne l’envie de secouer la tête et de balancer les gens à travers la pièce. Pour moi, la raison d’être du metal, c’est le thrash » – David Sanchez – Vendredi 17 juin 2016

 

Votre tournée de rêve, c’est donc Havok, Revocation, Warbringer et Vektor ?

Pour nous, c’est tous ces groupes-là, leurs vans inclus.

 

Et c’est quelque chose qui va prendre forme ?

Clairement. C’est en cours de discussion pour quelques-uns de ces groupes.

 

A part ça, comment se passe le Hellfest pour vous jusque-là?

Fantastique. Le set était mortel. Les décors sont géniaux et le line-up fait partie des plus imposants que j’ai vu à ce jour.

 

J’ai été impressionné par la façon dont vous avez saisi le public…

Je fais en sorte que chacun se mette à gueuler. Même pour les plus timides qui n’aiment pas gueuler, un concert de rock fait partie de ces endroits où tu peux te lâcher et te défoncer les cordes vocales. C’est l’endroit idéal pour te comporter en maniaque et je fais en sorte que chacun se comporte comme tel car c’est le meilleur moyen de s’amuser. Si tu cries, si tu gueules, nul doute que tu passeras un meilleur moment. Ma mission, c’est de m’assurer que tout le monde passe du bon temps.

 

Comment as-tu appris ça ?

Douze ans de pratique ! C’est quelque chose qu’on acquière au gré des années : on apprend ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

 

Et cette année, tu as pu l’expérimenter en tournée aux côtés de Megadeth. Que te reste-t-il à accomplir ?

Il nous faut encore jouer avec Iron Maiden, Metallica et Slayer. Nous avons déjà joué des festivasl avec eux mais nous voudrions pouvoir effectuer de vrais concerts avec eux. Nous souhaitons également continuer à sortir des albums et continuer à faire ce que nous sommes en train de faire.

 

Havok, c’est un job à plein temps pour toi ?

Oui. Je ne gagne pas beaucoup d’argent avec ça mais c’est mon job. C’est mon boulot pour gagner ma vie et j’en suis très content, même si je ne rentre pas beaucoup d’argent.

 

Et comment tu t’en sors ?

Et bien, j’habite toujours chez mes parents ! (rire) Même si je pouvais déménager, je ne pense pas que ce serait une sage décision, vu que je suis barré 8 mois sur 12 chaque année. Franchement, je ne vois pas l’intérêt d’investir dans un appartement que je n’occuperais que quelques mois chaque année.

 

C’est clair que vous êtes un des groupes qui tournent le plus au sein de la scène metal. L’idée de vous consumer ne vous inquiète pas ?

Pas encore. Je ne sais pas si ça se produira. Je pense que plus tu tournes, plus ça crée de l’adrénaline et plus ça te place dans un nouvel environnement et ça, c’est plus fort que tout pour moi. Je ne sais pas si ça finira par me consumer. J’adore voyager et j’adore rendre les gens heureux. Je ne sais pas si je risque de finir carbonisé.

 

Quand Haken, Vektor et Warbringer ont émergé, ce fut vécu comme une sorte de résurgence du thrash metal. Aujourd’hui, il semble qu’on assiste à une ré-résurgence… Qu’est-ce qui se passe?

A mon avis, le thrash metal est la quintessence du metal. Il est plein d’agressivité et de testostérone. Il te donne l’envie de secouer la tête et de balancer les gens à travers la pièce. Pour moi, la raison d’être du metal, c’est le thrash. Ce sont des riffs, des solos cool, de la vitesse également. J’adore ça. Je pense que ça reviendra encore et encore car c’est le metal dans sa forme la plus pure. Ce n’est pas chantant, ce n’est pas au sujet de ta copine : il est question de putain d’agression. Pour moi, le thrash, c’est le meilleur du metal résumé en un style. C’est à la fois rapide, agressif, heavy et fun. J’écoute plein de différents styles de musiques, pas que du metal mais dès lors qu’il s’agit de me faire plaisir et de me m’éclater en jouant devant un public, c’est ce que je préfère.

 

Et pourquoi aimes-tu autant faire ça ?

Avoir une guitare entre les mains me donne un plaisir fou. En utilisant mes mains, je peux faire crier des gens. D’une manière générale, j’aime rendre les gens heureux. Alors, quand je peux le faire à l’occasion d’un concert pour des milliers de personnes en faisant ce que j’aime par-dessus tout, c’est un sentiment inégalable. Je trouve que c’est cool de jouer de la musique pour des gens si ça leur donne le sourire : c‘est fantastique. C’est comme si je leur faisais l’amour en même temps. Ça me rend heureux et ça les rend heureux : c’est réciproque.  J’aime baiser la foule sur le plan émotionnel et métaphorique et j’aime qu’elle me baise en retour.

 

C’est un peu dégueulasse ! Et quelle proportion du public baises-tu?

Une petite partie. Environ 0%.

 

Tu as quelques paroles sages pour finir ?

Pense par toi-même et pose-toi des questions sur tout ce que tu vois à la télévision et sur ce que tu entends à la radio. Penser par toi-même t’amènera à obtenir un meilleur résultat. Pense par toi-même et sois sympa avec les gens et les choses vont bien se passer.

 

 

Interview : Matt Bacon.

Un grand merci à Valérie, Isabelle et Julien (Nuclear Blast).