News

Interview exclusive pour hellfest.fr : AGORAPHOBIC NOSEBLEED [Scott Hull (guitare) & Richard Johnson (chant)]

28 août 2016

« Je suis toujours perché depuis que j’ai vu Magma » – Richard Johnson – Vendredi 17 juin 2016

 

 

Comment ça va pour vous, les gars?

Scott : Super ! Un peu fatigué mais super content d’être là.

Rich : Je suis toujours perché depuis que j’ai vu Magma.

Scott : C’était génial. Ce changement de rythme était rafraichissant. Je suis un vrai fan de prog’ donc c’était génial de pouvoir les voir.

Rich : Je ne suis pas vraiment un fan de Magma mais je ne pensais jamais avoir l’occasion de les voir un jour.

 

Comment se sont passées tes différentes participation au Hellfest, Scott ?

Scott : Elles ont été géniales ! La premières fois, c’était il y a des années. Je m’étais fait une entorse de la cheville avant donc j’ai joué avec une patte folle. Ça avait été difficile mais c’était resté très fun. Nous avons également joué plus tard avec Pig Destroyer et là aussi, ça avait été très fun. Et toi, qu’en penses-tu Rich ?

Rich : Pour moi, c’est la première et je suis soufflé par la portée du truc.

Scott : C’est comme une petite ville. Tout est soigné.

Rich : Hormis le Maryland Deathfest, c’est la première fois que je participe à un festival open air d’envergure.

Scott : Nous avons participé au Netherlands Deathfest mais c’était en club…

 

En tant qu’Américains, il y a des trucs qui t’énervent ?

Rich : Je n’irais pas jusque-là. Ce sont juste ces clichés que les Américains observent quand ils vont à l’étranger et qu’ils y voient des choses un peu différentes de chez eux. Ça ne manque jamais de m’étonner. C’est super d’être au contact d’une culture différente. Tu captes ça quand tu parles aux gens. Ici, c’est avec le staff du Hellfest. Les metalleux sont les mêmes partout. Je suppose que où que tu sois, c’est la même chose. Tout le monde a un t-shirt noir, secoue la tête, prend du bon temps et picole. Tout le monde dit que la bière est meilleure en Europe.

Scott : Je ne sais pas si c’est vraiment toujours le cas. Les Américains ont fait de la bière une grande priorité ces dernières années.

Rich: Je trouve que la culture de la bière artisanale a vraiment décollé aux States.

Scott : C’est dommage car nous avons raté plein de groupes aujourd’hui car nous avons manqué notre vol de correspondance. Nous devions initialement arriver à 13h. Mais les conditions météorologiques étaient très mauvaises à la maison, si bien que notre départ a été décalé. Nous ne sommes arrivés qu’à 18 heures. Nous avons pris une douche et nous ne sommes arrivés sur le site qu’à 20h/20h30 : la journée est déjà presque finie.

 

Quels groupes attendez-vous particulièrement ?

Scott : J’ai vraiment envie de voir Twisted Sister et Foreigner, ainsi que Cattle Decapitation. Dommage que nous rations Refused ! C’est cool que nous ayons l’application pour nous organiser.

Rich : C’est génial que le Hellfest ait une application : ça nous permet de voir qui jouent et quand.

Scott : Fu Manchu remplace Down et nous voulons les voir.

Rich : Je veux voir Loudness et Myrkur. Strife, ce serait cool car je ne les ai jamais vus. Entombed AD serait intéressant.

Scott : Torche – je ne les ai vus qu’une fois.

Rich : J’adorerais voir Joe Satriani, je ne l’ai vu qu’une fois.

Scott : Je ne suis pas un gros fan de guitare démonstrative.

Rich : J’ai vu Napalm Death plus de fois que je suis en mesure de m’en souvenir. Mais si j’ai la chance de les voir de nouveau, je ne vais pas laisser passer ça.

 

Scott, tu pourrais être un producteur à plein temps. Pourquoi ne l’es-tu pas ?

Scott : Je n’ai pas envie de dépendre de cette activité. Je préfère faire le faire par désir plutôt que pour gagner ma vie. J’ai une famille à nourrir et si je devais exercer ce truc plus sérieusement avec la musique, ça me déplairait. Je veux le faire quand je le souhaite. C’est pourquoi nous ne sommes pas tout le temps sur la route et que nous ne sortons pas plein de CD. Nous le faisons quand nous le faisons. Nous avons la chance d’avoir des fans fidèles mais nous n’avons pas trop d’attentes à ce sujet.

 

Comment trouvez-vous votre équilibre ?

Scott : Nous devons beaucoup jongler. J’ai une femme très compréhensive et aidante qui me laisse répéter et bosser en studio. Mais j’ai peu de temps libre. Je me lève super tôt.

Rich : Je me lève à 6:30 et je prends le bus. Pas besoin de conduire moi-même !

Scott : Tout est question d’équilibre. C’est ce qui explique que c’est difficile à mon niveau.

 

Le dernier album d’Agoraphobic Nosebleed est un peu doom. Vous comptez en jouer des morceaux live ?

Scott : Pas ce week-end car cela implique du boulot de côté de la technique : la programmation de la batterie. Je n’ai pas eu la chance de pouvoir m’assoir et de la faire complètement. Mais j’ai déjà réussi à faire 80% du boulot à ce jour.

Rich : Il nous faut aussi répéter. Tout le monde nous demande si nous allons le jouer live. Tout le monde veut entendre ça.

Scott : Nous le ferons.

Rich : Nous voulons également le faire. Nous avons sorti quelque chose de nouveau : nous devrions le jouer.

 

Il est sorti juste après l’album doom de Pig Destroyer…

Scott : Ce n’est pas lié. Nous avions Mass & Volume qui trainait là depuis toujours. Nous l’avons sorti pour une action caritative. Kat (Katz – chant) voulait faire un album de doom et je ne voulais pas que ça soit du doom funéraire. Je voulais que ça soit du doom rock n’roll comme Eyehategod ou Black Sabbath.

 

Vous attendez avec impatience le set de Rammstein tout à l’heure ?

Scott : Je ne les connais pas trop. J’ai juste entendu qu’ils étaient incroyables sur scène. J’ai quelques-uns de leurs albums de mi-carrière. J’ai celui qui comporte « Amerika » mais aussi celui d’avant et celui d’après. Ils sont très Allemands, rigides et ils ont des refrains énormes. C’est un groupe traditionnel à refrains mais il est cool à écouter. Je ne les ai jamais vus jouer aux States. Je vais aller les voir pour le spectacle.

 

 

Interview : Matt Bacon.