News

Interview exclusive – hellfest.fr : INSANITY ALERT [Heavy Kevy (chant)]

19 mai 2017

8Insanity Alert

« Fumez de l’herbe, faites grave la teuf et thrasher encore plus grave ! »

Heavy Kevy – le 27 mars 2017

 

 

Ça fait quoi d’être contacté pour jouer au Hellfest ?

C’est comme un rêve ! Quatre arriérés autrichiens qui ont l’opportunité d’être à l’affiche d’un des plus grands festivals de metal européens : c’est juste irréel. Nous n’aurions jamais imaginé une telle issue en montant ce groupe durant l’été 2011 !

 

Ton avis sur la programmation de cette année ?

Comme toujours, elle est fantastique ! Nous sommes sur la même affiche que Deep Purple, Aerosmith et Slayer ! Hahah ! Parmi les groupes que j’affectionne particulièrement, il y a Obituary, Hirax, Ghoul, Suicial Tendencies, Rancid, The Damned, Helmet et Verbal Razors, pour en nommer quelques-uns.

 

T’es-tu déjà rendu au Hellfest par le passé ? Et si oui, qu’en as-tu pensé ?

Je n’y suis jamais allé personnellement mais j’ai entendu plusieurs récits à son sujet. Je préfère jouer dans les festivals plutôt que d’y assister en tant que spectateur.

 

Vous avez prévu quelque-chose de particulier à cette occasion ?

Ouais, nous travaillons dur pour que le concert soit spécial. Ce n’est pas souvent que tu as l’occasion de te produire sur scène dans le cadre d’un festival d’une telle ampleur. Il y a tellement de super groupes en parallèle, que nous souhaitons vraiment marquer les esprits.

 

Je suppose que ce concert sera le plus gros de la carrière d’Insanity Alert à ce stade. Comment allez-vous vous adapter à une scène et des infrastructures plus importantes que d’habitude ?

Oui, ce sera bien-sûr le cas ! L’année dernière, nous avons joué dans des festivals comme le Summer Breeze, par exemple. Mais ce sera là pour nous, de loin, notre plus gros concert à ce jour. Le challenge sera énormément élevé mais, avec la bonne attitude et une bonne préparation, Insanity Alert sera prêt à tout détruire comme il en a l’habitude.

 

Hormis votre set, qu’est-ce que vous attendez avec le plus d’impatience à l’occasion du festival ?

Regarder les autres groupes et plus globalement profiter de l’expérience complète. Et puis la picole et la fumette après notre set. Nous allons nous mettre minables !

 

Quel est ton point de vue concernant la scène thrash metal aujourd’hui ? Le contexte est-il sain ou la bulle va-t-elle finir par exploser ?

Je pense que la situation est assez saine. Il y a plein de groupes partout. Le thrash se diversifie de plus en plus également : old-school, moderne, crossover, hardcore, skate, etc. Certaines scènes mourront mais rien n’arrêtera les thrashers de mosher.

 

Et qu’est-ce qui te conduit à continuer à jouer du thrash metal farfelu année après année ?

Regarde l’état du monde en ce moment ! C’est juste un énorme chaos. J’ai l’impression d’être entouré par des idiots.Il y a tellement de haine, de violence, de racisme et de négativité. Avec nos morceaux, nous voulons mettre le contexte en perspective. Si chacun se calmait, montrait un peu de compassion et d’empathie, le monde serait bien meilleur. « Fuck that shit, let’s circle pit » !

 

Où vas-tu cherchez des idées aussi débiles pour certaines chansons ?

Principalement en fumant de l’herbe et en regardant de la merde à la télé.

 

Votre nouvel album est sorti il y a quelques temps (Moshburger – Septembre 2016). Comment le juges-tu maintenant que tu as eu le temps de le digérer ?

J’en suis toujours très fier ! Les morceaux, l’enregistrement, la pochette : tout est très satisfaisant pour moi. Et puis la réception a été géniale, surtout en Europe. Il y a de plus en plus de monde à nos concerts et les gens chantent beaucoup. C’est pour ça que nous faisons ça : pour propager le virus du thrash crossover.

 

Comment avez-vous conçu le visuel du nouvel album? Il est vraiment fun et complètement fou !

Ça fait un bail que j’apprécie le boulot de James de chez Barf Comics. Je l’ai découvert au travers de ses travaux pour Municipal Waste. J’avais l’idée en tête pour Moshburger et j’ai tout de suite pensé qu’il serait parfait pour sa réalisation. Nous avons pas mal fait de brainstorming par e-mail avant qu’il ne sorte la pochette. Il y a tellement de trucs à regarder, de bizarreries et de dingueries.

 

Si tu pouvais changer quelque chose au sein de cet album, où agirais-tu ?

C’est une question compliquée. J’apprécie vraiment tout le concernant même si des améliorations restent toujours possibles. Je suis satisfait du travail de notre label, This Charming Man Records mais, un jour, j’aimerais qu’Insanity Alert puisse sortir un truc au sein de labels comme Napalm, Nuclear Blast ou Metal Blade.

 

Vous avez commencé à bosser sur le prochain album ? Si c’est le cas, quelle direction souhaitez-vous emprunter ?

De nouveaux riffs et des paroles arrivent toujours de nulle part, et ceci vaut également pour les titres des morceaux. J’espère que le prochain album sera encore plus poilant, plus fou et qu’il contiendra davantage d’influences issues du d-beat, du grind, qu’il y aura plus de blast, etc. Je veux qu’il fasse plus de bruit, qu’il incite encore plus à faire la fête.

 

Quels sont les projets actuels du groupe ? Pensez-vous que jouer au Hellfest pourra créer des opportunités à l’international ?

Nous n’avons jamais vraiment eu un plan : nous voulons juste jouer du thrash devant autant de monde que possible. Un concert comme celui du Hellfest est très important car il nous donne la chance de jouer devant un public très nombreux. Et nos concerts aux côtés de Municipal Waste l’été dernier nous ont permis de nous faire davantage connaître.

 

Hormis votre participation au Hellfest, qu’est-ce que vous attendez avec le plus d’impatience en 2017 ?

Nous allons jouer quelques shows en première partie de D.R.I. Ce groupe a eu une énorme influence sur nous et partager la scène avec ces gars sera un tel honneur. Et nous allons pouvoir les côtoyer au quotidien.

 

Qu’est-ce que tu aimes tant à propos de la musique ?

Je ne sais pas trop, il y a plein de raisons. Ramones, Slayer, ABBA, Buddy Holly, Black Sabbath, Ella Fitzgerald, Goatwhore… La liste est sans fin !

 

Tu as quelques paroles emplies de sagesse pour moi pour terminer ?

Fumez de l’herbe, faites grave la teuf et thrasher encore plus grave !

 

Interview: Matt Bacon.