News

Interview exclusive – hellfest.fr : CLUTCH [Neil Fallon (chant)]

14 avril 2017

CLUTCHitw

« Mais, si tu veux une anecdote, je peux te dire qu’aujourd’hui, c’est la première fois que j’ai dû demander des lunettes pendant une interview, cela signifie certainement que je vieillis ! »

Neil Fallon – Le Trianon, Paris – 13 décembre 2016

 

La dernière fois que tu as joué à Paris avec Clutch, c’était peu de temps après l’attaque terroriste du Bataclan. Tu as alors eu un sentiment émotionnel très fort qui t’a conduit à poster un message très spécial sur ton compte Instagram : tu as déclaré que le concert que Clutch venait de donner au Trabendo était le plus émotionnel de ta vie. Qu’en penses-tu aujourd’hui, avec davantage de recul ?

 

Et bien tu sais, lorsque quelqu’un me demande quel a été le concert le plus singulier que nous ayons donné à ce jour, ce qui me vient immédiatement à l’esprit, c’est ce concert donné au Trabendo, à Paris, fin novembre 2015. Nous avons donné beaucoup de très bons concerts par le passé, nous avons même joué devant beaucoup de monde parfois, et c’était génial. Mais ce concert-là a eu une saveur toute particulière, et une grosse autosatisfaction pour nous, car je pouvais voir ces gamins dans la fosse, et ce regard que je pouvais lire sur leur visage qui disait comme « Et maintenant ? »… C’était plus fort pour eux que pour nous, il y avait cette espèce de cohésion générale dans l’air, un sentiment d’osmose générale, et ce fut très enrichissant à vivre. Il y a bien sûr eu d’autres concerts particuliers que nous avons pu donner par le passé, voire même en des circonstances plus privées, suite à un décès dans une famille par exemple, au cours desquels j’ai pu me sentir très ému. Mais CE concert a définitivement eu une saveur toute particulière.

 

OK, merci Neil. Je vais maintenant te faire part de quelques questions qui ont été posées par les abonnés du forum officiel du Hellfest. Tu es prêt ?

Humm… Euh oui, vas-y ! Je vais essayer d’y répondre.

 

Qu’est-ce que cela fait d’avoir « Dieu » à la batterie dans ton groupe ?

(rire) Et bien, je dois dire que nous sommes très, très chanceux en effet ! Ça doit faire quelque chose comme plus de trente ans que je joue avec ces gars, depuis le collège donc… Et oui, je suis donc extrêmement gâté, j’en ai bien conscience. Maintenant, il est ma référence en termes de batteur. A tel point que lorsque je joue avec d’autres batteurs, cela me ramène vite fait les pieds sur terre (rires). Tout le monde dans le groupe s’accorde merveilleusement bien. Mais… Avoir cette sacrée machine dans mon dos en permanence me conduit à donner le meilleur de moi-même !

 

Quels souvenirs gardes-tu de tes participations au Hellfest ? Si je ne me trompe pas, l’année prochaine sera votre quatrième participation (2009 – 2011 – 2014 – 2017)

Tu sais, c’est difficile à admettre mais… Ma mémoire est tellement mauvaise… Et tous ces concerts que nous donnons à travers le monde ne m’aident pas beaucoup car tous se mélangent dans ma tête… Je suis donc très gêné pour te répondre (sourire). Ce dont je me rappelle le plus, c’est le restaurant pour les artistes. Parce que la première fois, quand tu arrives au Hellfest, tu hallucines devant la nourriture. Il faut bien reconnaitre que la majorité des festivals dans lesquels tu joues te filent de la merde à bouffer, alors qu’au Hellfest, c’est proche d’un 5 étoiles tu comprends ? Bien sûr, tu ne viens pas jouer au Hellfest pour la nourriture, mais pour la super musique et le gros son que tu peux y trouver. Et je peux te dire que de ce point de vue-là, le Hellfest est l’un des meilleurs !

 

Tu préfères jouer sur la Valley qui se trouve sous une tente dans une ambiance type « club » survoltée ? Ou alors jouer sur une Main Stage qui est une scène ouverte qui te permet de te produire devant plus de monde ?

Je dirais que les deux me branchent bien… Bien sûr, nous voulons jouer devant le plus de monde possible, mais lorsque tu joues en mode « club », cela te permet de contenir une bonne pression, et c’est plus profitable au concert in fine. Car tout le monde garde le souvenir d’un moment intense, y compris nous les musiciens. Tu sais, cela fait 20 ans maintenant que nous jouons dans les clubs, donc nous aimons ça ! Et puis, sur une grande scène, tu dois occuper davantage de surface et courir d’un bout à l’autre, ce qui n’est pas simple lorsque tu chantes et que tu dois reprendre ton souffle, crois-moi ! Alors que sur une petite scène, je ne peux pas courir, donc je limite les risques.

 

Veux-tu commenter l’affiche du Hellfest 2017 et nous dire ce que tu aimes ou n’aimes pas sur celle-ci ?

Bon, je ne vais baffer personne…Mais, j’ai vu Deep Purple récemment, au Rock Am Ring ou Rock Im Park Festival, je ne me souviens plus lequel exactement… Mais ils tiennent encore sacrément la route ! Pour lire le reste des noms qui se trouvent sur ton affiche, il me faudrait une paire de lunettes (rires) !

 

Tiens, je te prête les miennes !

Ah merci, c’est cool, c’est mieux comme ça ! Je vais pourvoir te parler des groupes avec lesquels nous avons tourné. Opeth ! Leur dernier album est incroyable. Voyons voir… Rancid ! Je ne les ai jamais vus sur scène, et nous allons tourner avec Primus l’année prochaine. Nous avons tourné avec Monster Magnet, Baroness et Red Fang, et ils sont tous très bons ! Je n’ai pas encore vu Aerosmith en concert, et j’ai grandi avec Public Enemy donc… C’est un premier tour d’horizon !

 

Quand tu joues au Hellfest, as-tu le temps de voir des groupes jouer ?

Et bien, cela dépend de l’heure à laquelle on doit jouer. D’une manière générale, je préfère rester concentré sur notre concert et aller voir les groupes ensuite.

 

En 2015, Clutch a participé au Missing Link Tour, avec Mastodon, Graveyard et Big Business. Si tu devais reproduire l’expérience, avec quels groupes souhaiterais-tu tourner?

Oh wow… Je vais être honnête avec toi. J’ai écouté le dernier Mastodon, ils viennent juste de finir de l’enregistrer. Et je peux te dire que c’est un album incroyable ! Donc, j’aimerais bien tourner avec eux, encore une fois ! Avec qui d’autres ? Voyons voir, laisses-moi réfléchir un peu… Il y a tellement de bons groupes… Nous allons tourner avec Primus l’année prochaine comme je te l’ai dit, et je pense que ça va être bien cool. Et il y a aussi ce groupe que j’ai découvert il y a peu de temps et qui s’appelle Mondo Drag, ils sont californiens, et ils jouent dans un registre très orienté vers Deep Purple et Pink Floyd. Donc, tourner avec un groupe dont tu aimes la musique est toujours très agréable. Sinon, nous sommes plutôt ouverts à toute proposition !

 

Quels sont les principaux projets à venir pour Clutch ?

Après le nouvel an, nous allons prendre un peu de répit, quelque chose comme trois mois et demi, histoire de souffler un peu avant de commencer à écrire et penser à notre prochain album. Si tout va bien, nous devrions entrer en studio au début de l’hiver 2017, de sorte à pouvoir sortir notre prochain album durant l’été 2018. Bien sûr, nous reprendrons la route également, avec notre tournée aux USA et notre participation aux festivals d’été, comme le Hellfest par exemple.

 

Donc, sortir un album tous les 2 ans est désormais le rythme de croisière de Clutch ?

Tu sais, c’est comme l’entrainement sportif ! Si tu t’arrêtes, c’est très dur de reprendre (rires) !

 

Tu as une anecdote que tu n’as jamais partagée jusqu’à présent et que tu voudrais partager avec nous ?

Oh… Je ne vais certainement pas révéler ça publiquement ! (rires) Pour être honnête, nous sommes plutôt chanceux au sein du groupe car nous n’avons que très peu vécu de drames ou incidents mineurs. Mais, si tu veux une anecdote, je peux te dire qu’aujourd’hui, c’est la première fois que j’ai dû demander des lunettes pendant une interview, cela signifie certainement que je vieillis ! (rires) Et encore merci à toi de m’avoir prêté les tiennes !

 

Pour finir, as-tu un dernier mot à adresser aux fans du Hellfest ?

J’espère que nous allons tous bien nous éclater au Hellfest, tous ensemble ! Nous avons joué dans un paquet de festivals, et le Hellfest est facilement, très largement l’un des meilleurs !

 

 

Interview : Keuf

Un grand merci  à Stefan Koster (www.pro-rock.com)